La chronique facile du mercredi

Jessi Slaughter – Suites et conséquences

« Consequences will never be the same » c’est ce qu’hurlait Gen, le père de Jessi Slaughter dans cette vidéo à la fois hilarante et affligeante qui a fait le « buzz » dernièrement. Il ne croyait pas si bien dire, vu les effets papillons que cette histoire a engendrés.


Conséquences pour Jessi Slaughter et sa famille: la célébrité

Pendant plusieurs jours, la nouvelle que Jessi Slaughter s’était suicidée avait couru sur le Net. A vrai dire, personne ne pouvait vraiment savoir, une ordonnance du tribunal ayant déconnecté sa ligne Internet pour quelques jours.

Jeudi matin, Jessi et sa famille sont passées à la télévision dans l’émission d’information « Good Morning America » sur ABC, ce qui est, sans doute l’émission d’information matinale la plus regardée des USA. (ABC est l’équivalent d’une chaine hertzienne en France).

Ce reportage a consterné certains internautes qui estimaient que cela la faisait passer pour une pauvre petite victime innocente. En tout cas, l’idée qu’elle est placée sous protection psychiatrique en a découragé plus d’un sur 4chan.

Car, contrairement à ce qui est souvent dit, Jessi n’a pas vraiment reçu de menaces de mort, mais des appels au suicide. La différence tient juste dans la philosophie de certains trolls qui tiennent à faire de Jessi « An Hero » en la poussant jusqu’à la dernière extrêmité. L’idée des trolls extrêmes est de pouvoir contribuer à la mort de quelqu’un sans jamais la rencontrer.

De plus, on notera un joli « fail » chez les reporters d’ABC: à quoi cela sert de ne pas donner le nom de famille de Jessi… lorsqu’on donne celui de ses parents?

L’ordonnance du tribunal ayant pris fin depuis hier, Jessi peut de nouveau aller sur le Net. Ce qu’elle a fait en se reconnectant à Twitter. Pas sûr que ce soit une bonne idée, mais bon, j’imagine qu’elle ne risque plus de faire de vagues.

On se souvient que dans un cas pareil, Boxxy avait coupé tout contact avec Internet.


Conséquences pour 4chan : beaucoup de Lulz

Après le reportage, les habitués de la section /b/ de 4chan ont eu un drôle de choc. Le site avait été repeint en bleu, on entendait la musique du générique de « Good Morning America » en boucle et le site affichait cette petite notice.

 


Cette notice engage les nouveaux utilisateur de la partie /b/ de 4chan, à utiliser un langage correct, à ne pas s’enerver, à ne pas poster du gore ou de la pornographie.

Un vrai gag pour tous ceux qui connaissent cette section du site, justement célèbre pour charrier des images pornos, gores, et de grandes doses de sarcasme. Une blague courante était de faire tomber les « newfags » (les nouveaux) dans le panneau en leur faisant croire que pour stopper l’horripilant générique* qui passait en fond sonore, il fallait taper :stopsound: dans les commentaires… voire effacer le fichier « system32 » de son ordi **.

De plus, les engueulades sont allées bon train… Les gens étant totalement divisés sur l’affaire Slaughter… comme le marque cette remarque prise un jour auparavant.

Traduction :

« Ce fut le jour où 4chan prouva qu’il n’était composé que de puceaux de 16 ans qui détestent le monde parce qu’ils sont rejetés à l’école.

Ils sont fiers d’avoir hacké Facebook afin de récupérer des détails intimes, donnant l’impression qu’un policier vous espionne lorsque vous blablatez à la cantine, et ont fait en sorte qu’elle, sa famille et ses amis vivent dans la terreur de ces petits monstres.

Ils n’ont prouvé qu’une chose, qu’ils étaient des pédophiles, des casseurs, des voleurs, des traitres, des hypocrites, des menteurs, des bourreaux d’enfants, et pratiquement rien d’autre.

Ça n’est pas /b/

C’est juste du /troll/. »


De plus, la vidéo d’ABC a engendré quelques gags, notamment sur les dents du père de Jessi ou sur le physique de Parry Aftab.


Securité dentaire : Tu t’es fait avoir

Conséquences pour Dahvie Vanity: une sale réputation

Vendredi paraissait sur le site gaguesque « Encyclopaedia Dramatica » un article nommé « Blood On the Dancefloor » à charge contre son chanteur principal, Dahvie Vanity.

Sous la couche de gags et de sarcasmes, la moralité du chanteur y est explorée, ainsi que son goût pour le viol…. et les petites filles.

En septembre 2009, Vanity, de son vrai nom David Torres, est accusé d’avoir couché lors d’une tournée avec une fille de 16 ans. Il est accusé de détournement de mineur par les parents de la fille. Un procès verbal aurait été dressé et l’affaire plus ou moins étouffée. Son accolyte à la scène, Garrett Extasy aurait quitté le groupe dégoûté par l’attitude du chanteur.

Le pire reste les réactions des fans, expliquant que même si cela était vrai, ils le pardonneraient car c’est un grand musicien.


« Même si Botdf était vraiment un violeur pedophile… je serais d’accord avec cela et continuerais à penser que c’est un quelqu’un d’énorme. »

Selon l’encyclopedia Dramatica toujours, Jessi aurait avoué le 23 juillet, sur sa chatroom avoir été violée par Dahvie Vanity, le 4 juin dernier. Elle aurait tout raconté à la police, qui ne l’a pas crue. Une chose assez peu probable, lorsqu’on sait que Jessi n’était pas censée pouvoir utiliser Internet ce jour-là. (De plus, n’importe qui peut se faire passer pour elle.)


Dahvy Vanity et Jessi Leonhardt.

Le fait est que la famille Leonhardt connaissait Dahvie Vanity, comme l’a fait remarquer à plusieurs reprises Dianne Leonhardt, sa fille recevait des coups de fils du chanteur de Blood on the Dancefloor. « Ils sont amis » répete sans cesse celle-ci, mais l’amitié entre un chanteur émo de 25 ans et une petite fille de 11 ans est tout de même assez suspecte. Notamment lorsque l’on voit le peu de surveillance et le laxisme des parents Leonhardt.

Conséquences pour Stickydrama.com: de vieilles affaires remontent

De son côté, le site Gawker.com, entre deux raids des utilisateurs de 4chan, s’est penché sur le site où Jessi avait fait ses premières armes: Stickydrama. C’est en effet ce website qui avait lancé la rumeur de sa relation avec Dahvie Vanity.

Un site pour ado, s’adressant aux ados avides de ragots sur les « stars du net », et dont le fondateur, Christopher Stone, possède un autre site « sticky-noodz » consacré aux stars du net, nues. Stone aurait bossé pendant plus de 9 ans dans le secteur de la pornographie.

Or, le 26 fevrier 2009, un utilisateur de Stick-noodz, John Hock, s’est filmé en train de violer sa petite amie. Stone a enlevé la vidéo de son site… mis quelques captures d’écrans de celle-ci sur Stickydrama… et n’a jamais alerté la police sur cette affaire. Ce seront finalement des utilisateurs de Stickydrama qui alerteront la police pour une affaire sur laquelle Stone restera peu loquace.

Il aurait menacé aussi une internaute avec laquelle il était en conflit, de mettre des photos d’elle nue sur le Net si elle parlait.


« Parle-lui encore et ta poitrine plate sera dévoilé un peu partout. Dernière sentence. »

Et le pire… c’est qu’en juillet dernier, Christopher Stone est apparu dans un reportage de la Fox, où il mettait en garde les jeunes des dangers de la « sextortion » : lorsqu’une personne qui détient une photo de vous nu, vous fait chanter.

Conséquences pour Parry Aftab: une mauvaise blague.

Suite à son passage à « Good Morning America », Parry Aftab s’est évidemment fait de la pub, notamment auprès des internautes… qui n’avaient jamais entendu parler de cette experte du net autoproclamée.

Ainsi, des trolleurs, ont eu envie de lui pourrir la vie, en faisant passer via du google-boombing, la rumeur selon laquelle elle se serait fait arrêter pour abus sexuel sur mineurs. Et ça a… complètement foiré. Enfin, autant ça pouvait marcher sur quelqu’un comme Gene Leonhardt, autant Aftab sait appliquer ses propres principes : ne pas répondre à la provocation.


Les experts de la sécurité internet.
Tu t’est fait avoir 4chan, elle va te retracer et ensuite elle viendra chez toi pour te faire un succulent gateau.

Conséquences pour moi : mon travail spolié par un site.

Même si l’auteur de cet article n’est pas très étonné de la mise en une de cette histoire sur le Post.fr, les retours ont été très nombreux, ce qui m’encourage à continuer à écrire des articles sur ce site.

Ainsi, les deux vidéos sous-titrées de Jessi Slaughter que j’avais créées et mises en lignes ont dépassé les 200.000 vues et l’histoire à été relayée par Alice, Le Parisien, la chronique de Guy Birenbaum, Yahoo, et bien d’autres sites… dont Jean Marc Morandini.com

Or, ce site, en plus de relayer des informations bidons dans son article, comme « elle parlait de sexe sans complexe. » *** n’a pas hésité à reprendre ma vidéo, et à la mettre sur Wat.Tv sans jamais faire mention de ma contribution au sous-titrage. Pire, le site s’attribue mon travail par cette phrase « Jean Marc Morandini.com vous propose de découvrir la vidéo avec le père. »

Mails, messages, appels aux modérateurs, j’ai essayé en vain de me plaindre de ne pas avoir été cité, ce fut comme pisser dans un violon. Encore un vol par ce site qui n’en est pas à son coup d’essai dans ce genre de traficotages, ce qui ne fait pas honneur à son présentateur-titre.

Du coup, à la manière de FullHdReady toutes mes vidéos considérés comme des « news » seront marquées d’un logo. Et tant pis si c’est moche.

Notes de l’auteur:

* Si vous voulez voir l’effet que ça fait, tentez de lire l’article suivant, sans éteindre la musique…

** C’est une vieille blague : System32 est l’un des dossiers les plus vitaux de Windows, si vous l’effacez, vous avez vous-même détruit votre ordi.

***Pas vraiment, elle s’en prenait à des gens qui la liaient avec Dahvie Vanity.


Laisser un commentaire